.

USS-Rex
.

USS-Rex USS-Rex, date stellaire 18.116, journal de bord, capitaine Raphaël Clark, dans le cadre de notre mission de cartographie du secteur OGLE-2018, nous approchons à vitesse réduite du système BLG-0677, à première vue ce système n'offre aucune caractéristique intéressante, à l’exception de la cinquième planète qui se trouve dans la zone de viabilité pour des planètes du type terrestre.
- « Rapport M. Traker. » Demande Clark depuis le siège central de la passerelle, à sa première officière et officier scientifique.
- « Planète de classe Minshara, rapport terre/eau 60%, les surfaces émergées principalement composées de savane et zone boisée, peu de vie animale, surtout insectoïde, cette planète semble comparable à ce qu'était la terre entre la fin de l’ère carbonifère et le début du permien,.... » Répond celui-ci sans quitter des yeux ses écrans. « Ahhh !... »
Au gémissement de sa première officière, le capitaine fait tourner son siège vers la console scientifique et voit celle-ci mettre sa main à la tempe, en proie à un violent mal de tête.
- « M. Traker. » Demande Clark visiblement inquiet.
- « M..... Je sens.... Je perçois un message.... il provient de la surface. »
Le capitaine se lève et s’approche de la console scientifique.
- « Un message ? Que dit-il ? » Demande Clark
- « Pas un message à proprement parler, plutôt une sensation emphatique venant sans doute de mon héritage Platonien... Curiosité... envie de lier un contact... invitation… » Répond celle-ci.
- « Une situation de premier contact ? » Demande Clark
- « Oui, monsieur » Répond Traker.
- « En violation de la prime directive ! »
- « Monsieur, l'absence de technologie semble en effet démontrée que nous avons à faire à une civilisation disons primitive par rapport à ce que nous avons l'habitude de voir, mais il incontestable qu'ils nous ont localisé et partiellement compris qui nous sommes, nous avons déjà, de fait, violé la prime directive. Simplement partir ne pourrait qu'aggraver la situation en laissant de trop grande zone d'ombre qui sera immanquablement remplie d'informations fausses, ce qui aurait comme effet encore plus aggraver la situation. C'est comme cela que ce créent les mythes. »
- « Vous préconisez donc une visite ? » Demande Clark
- « Oui Monsieur. » Répond Traker
- « Les conditions sont viables ? »
- « Le taux d'oxygène est un peu haut. »
- « Bien, nous descendons alors, mais une petite équipe, vous, moi et un homme de la sécurité seulement. »
Sur ces mots le capitaine retourne vers son siège et appuie sur le bouton communication de son siège.
- « Passerelle à infirmerie. »
- « Infirmerie »
- « Docteur, nous sommes en situations de premier contact, nous allons descendre sur la planète, normalement nous ne devrions rencontrer aucun problème, mais... »
- « Planète inconnue et situation de premier contact, compris, je prépare mes pilules et mes pommades, infirmerie terminée. » Interrompt le docteur.
Dans la demi-seconde qui sépare le « terminé » et la fin du contact, tout le monde sur la passerelle attend clairement le docteur, parlant à son infirmière, de l’inconséquemment des capitaines de Starfleet.
- « Il y a toujours une question qui me chiffonne, les médecins engagés par la flotte sont-ils naturellement grognons ou suivent-ils des cours de perfectionnement. »
Après cette question rhétorique ne demandant aucune réponse. Le capitaine se tourne vers le navigateur.
- « Enseigne Stewart, trouvez une zone relativement dégagée en zone tempérée, et envoyez les coordonnées en salle de téléportation. »
- « Oui Monsieur » Répond l'Enseigne sans quitter sa console des yeux.
- « En notre absence vous assurez le commandement. »
- « À vos ordres »

* * * * *

Debout dans la coursive à l’entrée de la salle de téléportation le Lieutenant de la sécurité Léon Horn attend l’arrivée du capitaine pour les dernières instructions.
- « Lieutenant Horn, nous partons en exploration, vous assurerez notre sécurité. »
- « À quoi devons-nous attendre ? » Demande Horn
- « Normalement à rien. » Répond Clark
- « Communicateur, arme légère et un medi-kit ? »
- « Parfait. »
L’échange fini, les deux hommes entrent dans la salle de téléportation.
- « Je vous rappelle que nous sommes en situation de Premier contact, alors ne faite rien qui pourrait être mal interprété, n'oubliez pas que nous sommes des Ambassadeurs. » Dit Clark
- « Et s'il se montre agressif ? » Demande Horn
- « Faite votre travail, en n'oubliant pas la règle d'or, Le capitaine d'accord... C'est moi le capitaine. » Répond Clark en appuyant son ‘C’est moi le capitaine’ d’un index sur sa poitrine.
Ensuite lançant l’homme de la sécurité, peu habitué à ses plaisanteries, légèrement désarçonnez, Clark se tourne vers Traker et lui fait un ostensible clin d’œil.
- « Énergie »

* * * * *

Si un observateur se serait trouvé aux coordonnées de téléportation, il n’aurait vu qu’une terre rase parsemée d'herbe, une savane sans arbres.
Ensuite dans un rapide fondu enchaîné il aurait vu apparaître une route, des maisons, un véhicule, des vignes dans le lointain, ensuite une succession de passage en négatif/positif plusieurs fois avant de se stabiliser, juste avant l’arrivée des trois explorateurs.
Le tout n’ayant pas pris plus de trois secondes.
Bippp.
- « Rex au capitaine, juste avant la téléportation nous avons détecté une poussée d'énergie. Tout va bien ? » Demande l’enseigne Stewart.
- « Le décor n'est pas ce à quoi nous nous attendions, nous ne détectons aucun danger, mais par prudence suivez nos signes vitaux. » Répond Clark
- « Oui, capitaine. »
Une fois la communication terminée Clark se tourne vers Traker.
- « Votre analyse, commandeur ? »
- « Nous sommes dans une représentation très convaincante, mais sans nulle doute artificielle d'une période de la terre, fin du 20 ou début du 21 siècle. »
- « Vous semblez bien sûr de vous ? »
- « Je le suis capitaine, regardez. » Répond Traker tous en se penchant sur le devant d’un des véhicules. « Capitaine, ceci est un véhicule autopropulsé fonctionnant au combustible fossile, typique de l’inconséquence des humains de l'époque... »
- « Je sais ce qu'est une voiture, mon père avait une vieille Chevrolet Corvette C12 de cette époque. Du moins jusqu'à ce que... » Le capitaine semble un moment perdu dans ses pensées mais se reprend très vite. « Vous disiez ? »
- « L'immatricule du véhicule correspond parfaitement à celle d'un hologramme pédagogique de ma jeunesse. »
- « Vous pensez que nous sommes dans un hologramme. » Demande Clark.
- « Non, monsieur, les maisons, cette voiture, le champ de vigne à sont réels, je dis seulement que le modèle a été puisé dans mes souvenirs. Il pourrait s’agir d'une aide à un contact. »
- « Mais dans ce cas où sont-ils ? » Demande Clark
- « Peut-être sont-ils tous morts ? » Propose le lieutenant Horn.
À cette hypothèse peu probable, Clark et Traker regardent interloqués Horn qui se rendant compte de l’absurdité de ses dires ne savait plus se mettre, avant d’ajouter histoire de reprendre pied. « Ou alors il ne désire plus nous rencontrer. »
- « Nous devons nous en assuré. Lieutenant, pendant que le commander et moi continuons à explorer le centre du village, vous allez patrouiller en circonférence, communicateur ouvert.
- « À vos ordres. »

* * * * *

S’éloignant des deux autres explorateurs, le jeune lieutenant s’approche d’un petit bois à l’orée du village, tout en progressant il s’appuie un moment sur l’un des troncs.
Instantanément, comme l’avait fait avant lui le site de la téléportation, l’arbre passa rapidement du positif ou négatif plusieurs fois, alors que Horn prenant sa tête à deux laisse échapper un cri de douleur.

* * * * *

- « Capitaine ! » Dit Traker
- « J'ai entendu, cela venait de la direction prise par le lieutenant, allons-y. »
Bippp.
- « Rex, au capitaine Clark, les signes vitaux du lieutenant viennent de disparaître, et nous avons enregistré la même décharge énergique qu'à votre arrivée. »
- « Bien reçu, nous menons notre enquête, et nous vous recontactons s'il y a du nouveau. »
Sur leurs gardes et maintenant l’arme au poing, la commandeur et le capitaine prenne la direction prise quelques minutes plus tôt par le lieutenant Horn, quand celui-ci apparaît au bout de la rue.
D’abord rassurer, les deux officiers se rendent vite compte que quelque chose ne va pas, Horn semble avoir du mal à se déplacer comme s'il essayait d'obéir à deux volontés différentes.
- « Lieutenant Horn que vous est-il arrivé ? » Demande Clark alors que le lieutenant est encore à une centaine de mètres.
Pas de réponse du lieutenant qui d’un pas mal assuré continue d’avancer.
- « Capitaine, il a dégainé son arme. »
- « J'ai vu... Lieutenant restez sur place. » Ordonne Clark
Peine perdu, l’homme de la sécurité continue d’avancer.
- « Ceci n'est pas normal, Traker faite un scan. » ordonne Clark.
Inutile, la commandeur avant déjà sorti son tricordeur.
- « Capitaine, je détecte deux consciences à l’intérieur d'Horn, elles sont en conflit pour le contrôle du corps.... Une des deux prend le dessus mais je suis incapable de préciser laquelle. »
La réponse vient d’elle-même sous la forme d’un tir de phaseur qui touche la commandeur Traker en pleine poitrine.
Sans plus attendre, Clark tire une décharge paralysante sur Horn qui s’écroule inanimé au centre de la rue.
Ensuite il se penche sur la jeune femme, et horrifier voit son visage subir ma même transformation chromatique que l’arbre sur lequel Horn s’était appuyé.
Tout comme avec la rue avant la téléportation ou l’arbre sur lequel c’était appuyé Horn, le visage de la jeune femme passe du positif au négatif plusieurs fois.
Une fois la surprise passée et après c’être assuré que la jeune.
- « Capitaine Clark à Passerelle, téléportation d'urgence code ROUGE CAPA »
Clark n’a pas le temps de donner d’autre instruction qu’il s’écroule à son tour, son visage subit la même transformation alors que derrière lui, le Lieutenant Horn inexplicablement remis de la décharge de phaseur finit de se redresser, alors que le rayon du téléporteur les enveloppes tous les trois.

* * * * *

Suite au protocole Rouge Capa, c’est derrière un champ de forces protectrices que l’officier chargé de téléportation accueille les trois explorateurs. Accueil est d’ailleurs un grand mot, vu qu’il semble tous les trois inconscients.
- « Sécurité, protocole ROUGE CAPA en salle de téléportation, ce n'est pas un exercice, je répète ce n'est pas un exercice. Une équipe médicale est également demandée. »

* * * * *

- « Journal médical du docteur, date stellaire 18.119, après examen du capitaine Clark, de Commandeur Traker et du lieutenant Horn, il semblerait qu'une entité, à défaut de l'appeler autrement a partiellement pris le contrôle de leurs esprits, pour preuve d’importantes doses de sulfure d’hydrogène relevé dans leur organisme. Retrait volontaire, effet de la téléportation ou élimination dans la procédure de stérilisation du protocole Rouge Capa. Ces entités étrangères avaient disparu de l'organisme des patients à la fin de téléportation. Si pour le capitaine et la commandeur cela ne semble pas avoir durablement affecté leurs organismes, ce ne fut pas le cas pour le lieutenant Horn qui décéda moins de trois minutes après son retour sur le vaisseau. Fin d'enregistrement. »

* * * * *

- « Journal de bord du capitaine Clark, date stellaire 18.119, notre tentative de premier contact avec les êtres de la planète BLG-0677-5 a échoué, volonté des habitants de nous entraîner dans un piège, incomparabilité entre nous ou simple accident, les examens des différents rapports y compris celui de notre médecin-chef ne nous permettre pas de le dire. Il m'est cependant difficilement de concevoir qu'une civilisation puisse être aussi malveillante, je préconise que la planète soit provisoirement placée sous quarantenaire et qu'une équipe de premier contact ayant en son bord plusieurs télépathes prennent le relais. L'échec de ce premier contact n'aurait pas eu d'impact important si elle n'avait entraîné la mort en service du sous-lieutenant Léon Horn. En vertu de mes prérogatives de capitaine, j'ai fait inscrire au journal de bord sa nomination au grade de lieutenant à titre posthume et le recommence pour une décoration. Fin d'enregistrement. »

F I N

Cette ligne de programmation ne sert qu'a formaté proprement les lignes de textes lors d'un utilisation sous Mozilla Firefox. J'aimerais pouvoir m'en passer mais je ne sait pas comment, alors pour l'instant. Longue vie et prospèrité